nihil potestas super terram

2017 : Bitcoin contre Bityuan ?

Cet article était déjà écrit lorsque j’ai appris la nouvelle d’une inspection menée simultanément aujourd’hui (11/01/2017) dans les 3 exchanges qui avaient déjà été ciblés la semaine dernière. Ces événements ne remettent selon moi pas en cause un seul mot de cet article, et pour la suite on verra bien ce qu’il se passe.

Il y a de cela un an, tout le monde s’était excité quelques jours sur un possible « Bitcoin chinois », mais comme je l’avais montré texte original à l’appui, le « monnaie numérique émise par la banque centrale » dont parlait le petit Zhou, ci-devant gouverneur de la PBOC, n’avait strictement rien à voir avec Bitcoin, qui n’était même pas mentionné dans le communiqué original.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis les borborygmes soviétoïdes de janvier dernier, et j’ai procédé à une petite rétrospective de tout ce qui s’est dit sur le sujet l’année dernière pendant que je regardais ailleurs.

La PBOC persiste et signe : Bitcoin n’est pas une monnaie

Premier constat par rapport à janvier dernier : Bitcoin est enfin entré dans le discours officiel de la PBOC, qui sur le sujet semble être directement passée de they ignore you à they fight you sans avoir pris le temps de rire.

L’année passée a vu au moins trois communications par des responsables de haut-niveau de la PBOC largement reprises sur les sites spécialisés. Tout d’abord celle du vice-gouverneur de la PBOC, Fan Yifei, en septembre, puis le mois dernier une autre intervention du directeur de l’institut d’études statistiques (je traduis librement son titre) de la PBOC, Sheng Songcheng. Il y a eu aussi un article moins important publié par Wang Yonghong, directeur du département R&D de la PBOC. Ces articles, s’ils restent assez avares en détails sur la probable future monnaie nationale, ont en revanche considérablement clarifié la position de la PBOC vis-à-vis de Bitcoin.

Fan_yifei
Fan Yifei

La monnaie numérique dont on parlait en janvier dernier est désormais désignée comme une monnaie numérique légale (法定数字货币), ou une monnaie numérique sous le contrôle de la banque centrale (央行主导数字货币, le terme 主导 est très fort, et est peut-être plus proche de domination que de contrôle). Un des commentaires de l’article de Fan Yifei remarque fort justement que non seulement le terme Renminbi 人民币 n’apparaît jamais, mais que la relation que cette nouvelle monnaie numérique légale entretiendrait avec le système actuel n’est jamais explicité, je reviendrai sur ce point un peu plus bas. Par opposition à cette monnaie légale, Bitcoin et les altcoins sont désignés collectivement par le terme un peu surprenant de monnaie numérique privée (私人数字货币).

En fait, c’est même pire, puisque les trois textes nient tous plus ou moins explicitement que Bitcoin est une monnaie, soit par l’ajout ponctuel d’un préfixe, 类 lei, qui signifie semblable à, et qui veut clairement dire ici que ces monnaies numériques privées n’ont que l’apparence de la monnaie, que ce sont des simili-monnaies, soit en rappelant la fameuse note de 2013 comme Sheng Songchuan :

笔者早在2013年底就明确指出,虚拟货币(包括私人数字货币)本质上不是货币,不可能取代主权货币。
Comme je l’avais déjà clairement indiqué en 2013, les monnaies virtuelles, y compris les monnaies numériques privées, fondamentalement, ne sont pas des monnaies, et ne peuvent en aucun cas remplacer la monnaie souveraine.

盛松成
Sheng Songcheng

Là où un an auparavant Zhou Xiaochuan se contentait d’expliquer poliment pourquoi le modèle décentralisé de Bitcoin ne lui semblait pas pertinent pour son propre projet, les interventions plus récentes sont désormais très claires là-dessus : Bitcoin est une menace pour la stabilité du système monétaire et financier.

Sheng Songcheng est peut-être le plus virulent à cet égard :

私人数字货币使用了一系列新的技术,这些技术对金融体系的渗透力极强,甚至对现代经济金融运行带来冲击。所以,为了维护货币体系乃至整个金融体系的稳定,货币当局也必须使用同等甚至更先进的技术和设计来研究发行央行数字货币。如果任由私人数字货币无序发展,这将对货币当局政策调控和经济金融体系带来严重冲击。
Les monnaies numériques privées utilisent une série de nouvelles technologies par lesquelles elles infiltrent le système financier ; pire, elles défient le fonctionnement de ce système. C’est pourquoi, afin de préserver le système monétaire et la stabilité du système financier, l’autorité monétaire doit utiliser des technologies équivalentes ou mêmes plus avancées et étudier la mise en circulation d’une monnaie numérique sous contrôle de la banque centrale. Si les monnaies numériques privées devaient se développer hors de tout contrôle, cela constituerait une attaque sérieuse contre la capacité de l’autorité de régulation à mettre en œuvre sa politique monétaire, ainsi que contre l’ensemble du système économique et financier.

Le terme 冲击 chongji, que j’ai traduit par défier et constituer une attaque sérieuse, est une expression très forte, qui signifie littéralement attaquer, prendre d’assaut. On ne peut être plus clair sur la perception de Bitcoin comme d’une menace imminente contre l’ordre établi.

Un prototype opérationnel dans les semaines à venir

Au-delà de la communication et, je dois bien l’admettre, contre mes attentes suite aux déclaration d’il y a un an, il semblerait que la PBOC soit désormais bien avancé dans son projet de « Bityuan », terme que je viens d’inventer pour ne pas avoir à parler de monnaie numérique sous le contrôle d’une banque centrale, je tiens à le préciser.

Ainsi paraissait un article la semaine dernière pour annoncer la possible présentation d’un prototype après le nouvel an chinois (le 28 janvier cette année). Une interview du chef du projet monnaie électronique, un certain Yao Qian, nous apprend un certain nombre de choses :

  • Contrairement aux huiles de la PBOC, Yao Qian utilise le terme RMB numérique (数字化人民币). Cette nouvelle monnaie est donc bien destinée à remplacer à terme le RMB.
  • Le fonctionnement du système bancaire actuel sera préservé, c’est-à-dire que la création monétaire sera toujours le privilège de la banque centrale, et prêtera aux banques commerciales qui gèrent toutes les opérations à destination du public, comme aujourd’hui.
  • Une fonction importante de cette nouvelle monnaie est la capacité à tracer l’ensemble des transactions, évidemment sous prétexte de lutte contre le blanchiment et la corruption.
  • Yao Qian estime qu’une dizaine d’années seront nécessaires pour éliminer complètement la monnaie papier de l’économie chinoise.

Au-delà du prototype, le mois dernier a également vu la création à Shenzhen, l’un des centres de la Fintech en Chine, d’une « alliance » (联盟) entre différents acteurs de la finance et des nouvelles technologies consacrée au développement de la monnaie électronique. Le gouvernement local a pour ambition de faire de Shenzhen la ville pilote du Bityuan, ce qu’annonce non sans emphase He Xiaojun, un responsable dudit gouvernement local :

首先,深圳将关注央行政策导向,提前布局研究,争取先行先试项目,争取数字货币推广试点资格,配合建立数字货币运行监管制度体系。

Shenzhen appliquera tout d’abord les directives de la banque centrale, étudiera au plus tôt un plan de déploiement, et se battra pour être la première ville à mettre en œuvre ce projet et être le pilote en vue de la généralisation de la monnaie électronique, et accompagner l’édification du système de contrôle et d’opération de cette monnaie.

Parmi les entreprises qui contribueront au projet, on trouve des assurances (Ping’an), des banques (Zhaoshang, Weizhong) et des fonds d’investissement.

2017 sera-t-elle l’année du « Bityuan » ?

Il me faut donc bien reconnaître que je me trompais l’année dernière, quand je disais que le communiqué de janvier n’était qu’une déclaration vague à usage purement politique : la Chine semble sérieusement vouloir imposer l’utilisation exclusive d’une monnaie électronique à l’ensemble de sa population à un horizon qui, quand on considère l’ampleur de la tâche, est extrêmement proche.

北宋交子
Un exemplaire des premiers billets de banque chinois, sous la dynastie Song. Tout cela s’est évidemment terminé en cauchemar inflationniste

Sachant tout ça, que penser du récent coup de semonce de la PBOC aux exchanges chinois ? Selon moi, le plus probable à ce stade est qu’il n’y ait pas de rapport entre les deux. Si le gouvernement chinois était réellement hostile à Bitcoin, les exchanges seraient déjà fermés et les utilisateurs persécutés : il a déjà prouvé, par exemple avec le contrôle d’internet, qu’il était prêt à mettre les moyens quand il le jugeait nécessaire.

On peut même aller un peu plus loin : je pense qu’il y a pour le moment une réelle tolérance, pour ne pas dire une bienveillance envers Bitcoin, qui est selon moi vu comme pouvant rapidement devenir une menace contre l’hégémonie du dollar. Ainsi Bitcoin et son écosystème peuvent être tolérés, voire dans une certaine mesure encouragés, tant qu’ils restent confinés dans certaines limites évidemment.

Ainsi, l’entrevue de la semaine dernière était réellement un avertissement en réaction à l’envolée du cours, et l’injonction à se contrôler et se corriger signifiait en réalité nous vous tolérons tant que vous êtes petits, mais veillez à ne pas trop grossir et marcher sur nos plates-bandes.

Pour conclure, je vous laisse méditer sur les dangers de laisser une monnaie électronique aux mains d’un gouvernement avec cette petite citation :

央行数字货币有助于监管当局在必要时追踪资金流向,从而减少洗钱、逃漏税、逃避资本管制等行为。现有的数字货币技术不仅可以记录每笔交易,还可以追踪资金流向。与私人数字货币截然相反,监管当局可以采取可控匿名机制,掌握央行数字货币使用情况,补充现有的监测控制体系,从而增强现有制度的有效性
La monnaie numérique de la banque centrale permettra si besoin à l’autorité de régulation de suivre les mouvements de capitaux, et ainsi de lutter contre le blanchiment d’argent, la fraude fiscale, la fuite des capitaux à l’étranger etc. La technologie que nous mettons en œuvre pour cette monnaie ne permet pas seulement d’enregistrer toutes les transactions, mais aussi de suivre à la trace la direction de tous les mouvements de fonds. En cela elle sera radicalement différente des monnaies électroniques privées, car le régulateur sera toujours techniquement en mesure de percer l’anonymat des transactions, et disposera également en permanence d’un pouvoir de supervision sur ces transactions, ce qui viendra en complément des dispositifs de contrôle actuels, et augmentera l’efficacité générale du système.

Scan to Donate Bitcoin
Like this? Donate Bitcoin to at:
Bitcoin 1PKAL9z84HudC7zrYPuF8kj5WftUXsemr1
Donate

Une réflexion au sujet de « 2017 : Bitcoin contre Bityuan ? »

  1. Merci pour votre article très intéressant. Je suis très incompétent pour comprendre le fonctionnement de la finance mais il semblerait d’après plusieurs sources qu’il y a une corrélation entre la chute récente des cours du yuan et la montée en flèche du cours du bitcoin. Cela poirrait suggérer, si j’ai bien compris, que le bitcoin a servi de valeur refuge pour nombre d’investisseurs chinois. Si cette hypothèse s’avère exacte, est-ce que cela peut expliquer la « bienveillance » de la Chine à l’égard du bitcoin ? Ou bien (et ce n’est peut-être pas incompatible) est-ce que la « fuite » vers le bitcoin ne s’est pas faite au détriment du yuan, ce qui expliquerait l’hostilité de Sheng Songcheng envers le bitcoin qui aurait effectivement la capacité de déstabiliser le système monétaire en accentuant les effets de la chute ? Merci par avance si vous pouvez m’apporter quelques éclairages.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *