L’empire du Falanxi est en guerre !

Face aux terribles attaques qui ont frappé ses sujets innocents dans la capitale-même, l’empereur a su faire montre d’un courage exemplaire, et faire preuve d’un langage martial qu’on ne lui connaissait pas.

Devant un Congrès rassemblant un nombre anormalement élevé et députés et de sénateurs, qu’on n’avait plus vu depuis bien longtemps hanter en si grand nombre les bancs d’une assemblée, siégeant en majesté face vers le Sud, l’empereur a juré que ses ennemis ne resteraient pas impuni, et que le châtiment s’abattrait sur eux avec la majesté de la foudre.

Joignant le geste à la parole, il dépêcha immédiatement une dizaine d’avions qui ont répandu mort et destruction sur les fanatiques mahométans, faisant s’abattre un déluge de 20 bombes sur 2 objectifs. Certes, c’est beaucoup moins que le Pays de l’Instant, mais eux n’ont pas reçu le Mandat du Ciel, leur guerre est donc forcément illégitime.

“Daesh nous combat, car la France est un pays de Liberté”. Le constat de l’Empereur appelle donc logiquement la réponse suivante : si nous cessons d’être un pays de liberté, Daesh cessera ses attaques.

Pour faire face à ce nouveau défi, celui d’achever une démocratie et une liberté qui en France devrait de toutes façons bientôt finir par disparaître d’elle-même, d’entrer enfin de plain pied dans l’État policier, d’enfin assumer le fascisme, l’empereur, usant des pouvoirs qui lui sont légitimement conférés, a émis le décret suivant, proclamant l’état d’urgence, pour lequel il a immédiatement réclamé une durée de 3 mois. Arguant que cela n’était pas encore assez pour faire face à la gravité de la menace, le Fils du Ciel ordonne également une révision des textes fondateurs de l’empire. Ces derniers prévoient en effet, outre l’état d’urgence et l’état de siège, la possibilité pour l’empereur d’exercer un pouvoir total pour une durée encore limitée : ce n’est pas assez !

Donnons-lui les pleins pouvoirs, sans conditions, pour une durée illimitée ! Éradiquons la Liberté, exterminons les hommes libres, et la Grande Paix règnera ! Un ventre bien plein et une tête bien vide, voilà tout ce à quoi les sujets du Falanxi sont en droit de s’attendre désormais ! Et ils l’auront, foi de l’empereur 凝滯 !

Comme c’est une politique qui par le passé a toujours réussi, il faudra également embaucher des policiers, des militaires, des douaniers, des juges, beaucoup, avec de l’argent qu’on trouvera bien quelque part, n’importe où, sur vos comptes en banque par exemple, et rétablir les fonctions régaliennes après les avoir consciencieusement sabotées pendant des décennies. De façon générale, en puisant dans les trésors sans fonds de l’État, en tétant à sa mamelle toujours généreuse pour dépenser toujours plus, on finira bien par avoir un résultat, non ?

Enfin, pour persister dans une politique qui a jusqu’à maintenant indubitablement obtenu des résultats époustouflants, jetons donc des bombes sur des Syriens pour empêcher les sujets du Falanxi de s’entretuer.

Suffoqués par tant de brillance, les courtisans rassemblés en ce jour ont rivalisé d’éloges et de protestations de loyauté, tel l’eunuque Didier Guillaume : “Nous soutenons la prolongation de l’état d’urgence j’entends. Profitons de ce moment pour nettoyer la France”. L’élocution rendue difficile par l’émotion, ce qui explique sans doute sa grammaire hésitante, le petit 太監, qui n’en doutons pas, est promis à un brillant avenir, entend en effet faire d’une pierre deux coups : l’état d’urgence permet certes d’empêcher le troupeau de s’entretuer, ce qui n’est jamais bon pour la qualité de la tonte, mais aussi de régler définitivement leur compte aux véritables ennemis de la France : “nous devons toujours lutter contre le racisme et la xénophobie”, déclame-t-il, “car il y a aussi des Français qui sont racistes, ce n’est pas acceptable”.

Tout ceci va bien se terminer, c’est sûr.

Peuple du Falanxi, dort donc en paix ! Tu as souffert, mais ton berger veille sur toi, il va juste te serrer encore un peu plus la bride, continuer les mêmes politiques, intérieures et extérieures, que celles qui sont directement responsables de la tuerie du vendredi 13, et te flanquer une bonne raclée, parce qu’au fond tu sais que c’est de ta faute, si tu n’étais pas un gros raciste, il n’y aurait pas des gens qui essaient de te tuer.

Et n’oublie pas de voter en décembre prochain, enfin peut-être qu’on se passera de faire semblant de te demander ton avis cette fois-ci, on verra si tu es sage pendant l’état d’urgence. Et n’oublie pas de payer ton tiers provisionnel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.