Scum

Suite et fin de ma petite série involontaire sur le thème de la lie, une simple brève avant un retour prochain avec des articles plus conséquents (mais en chinois), inspirée par la plainte déposée par M.Cazeneuve, qui serait selon une rumeur persistante ministre de l’Intérieur.

Comme tout le monde, j’ai suivi distraitement la controverse qui s’est allumé ces derniers jours sur le dispositif policier présent le soir de l’attentat, mais ce qui me surprend le plus dans cette histoire est la maladresse et l’impuissance totale du gouvernement en général et du ministre en particulier dans sa communication de crise (je ne parle pas des autres aspects, tout aussi lamentables, de son bilan pour le moment).

En réponse à l’interview donnée au JDD par une policière de Nice qui prétend que le ministère aurait exercé des pressions pour lui faire modifier la position de la police nationale dans son rapport, le 1er flic de France décide… de porter plainte pour diffamation, comme une vulgaire starlette de télé-réalité.

Cette plainte vient après la demande pour le moins surprenante de la SDAT de supprimer toutes les images prises par le système de vidéosurveillance de la ville au moment de l’attentat.

此地无银三百两 : “Ici, il n’y a pas 300 taels d’argent”, écrit un étourdi à l’endroit où il a planqué son magot, qui sera évidemment rapidement découvert et volé. C’est un peu l’impression que me donne Cazeneuve avec toute cette agitation fébrile de ces derniers jours, et là où le point de la présence insuffisante de la police nationale aurait pu passé relativement inaperçue s’il s’était contenté de la fermer, j’ai bien peur que cette affaire ne le pousse vers la démission.

Et c’est bien fait, voilà une perte que je ne pleurerai pas.

D’un autre côté, nous avons un secrétaire d’état chargé des relations avec le parlement (je suis ravi d’apprendre que mes impôts servent à financer les émoluments qu’on imagine sans peine bien gras d’un individu aussi indispensable) qui tente en pleine assemblée un remake des meilleures répliques du fascisme mussolinien avec un soupçon d’orwellisme :

Je veux bien qu’on aille sur ce terrain-là, mais dans ce cas, il n’y a plus d’État de droit dans le pays. Si un certain nombre de journalistes, de commentateurs, de responsables politiques mettent en cause le fonctionnement de la justice et des services administratifs de l’État, alors c’est une thèse qui est extrêmement dangereuse pour la démocratie.

Moi qui croyait bêtement que la démocratie c’était justement le régime politique dans lequel le péon de base comme moi pouvait demander des comptes au seigneur sur la façon dont il exerce le pouvoir qui lui a été confié, heureusement qu’il y a des gens comme Jean-Marie qui ont fait beaucoup d’études pour me tirer de mon erreur. On est pas encore tout à fait au niveau de “la liberté, c’est l’esclavage”, mais ne vous inquiétez pas avec des gens comme Jean-Marie aux manettes ça ne va pas tarder.

Mais Jean-Marie peut dormir sur ses deux oreilles, la démocratie n’est pas en danger : lui et ses semblables l’ont déjà enterrée.

Dans une démocratie, un responsable politique qui se permettrait publiquement de tenir des propos flirtant si ouvertement avec le fascisme (je parle du vrai, historique, pas des noms d’oiseaux qu’envoie les joyeux antifa à tout ceux qui ont le malheur de ne pas être d’accord avec eux. Ouverture, tolérance) se ferait au moins huer en séance par les députés de l’opposition, et serait rapidement contraint à la démission par la pression des média et des électeurs, pour ne plus jamais approcher même de loin une fonction élective.

En France, personne ne moufte, tout le monde trouve ça normal, y compris les média, et Jean-Marie va pouvoir continuer à vivre tranquillement sur mes impôts en parasite pendant les longues années d’oisiveté qui lui reste à vivre.

Tout comme Manuel Valls qui répète désormais à qui veut bien l’entendre que les Français doivent s’habituer à vivre avec le terrorisme. Enfin, entendons-nous bien, les Français c’est à dire les sans-dents comme vous et moi, hein. Manuel, il a trois cars de CRS en permanence devant chez lui et une division de panzers quand il faire 30m dans la rue, alors vous pensez les attentats islamistes, même pas peur !

Sauf que c’est un peu le job de Manuel de faire en sorte que je n’ai pas à m’habituer au terrorisme, c’est pour ça que j’accepte de payer des impôts astronomiques qui servent à financer ses copieux émoluments. Donc quand il m’explique, en gros, que son taf, bin il ne le fera pas, et que je ferais mieux de m’y faire, bin moi, j’aimerais bien lui dire que, désolé Monsieur, vous n’avez pas le profil recherché, rentrez chez vous on vous rappellera.

Ah mais suis-je bête, remettre en cause l’action du gouvernement et de l’administration, c’est une atteinte à la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.