Je suis depuis quelques temps Antshares (小蚁, xiaoyi), une startup pékinoise qui ambitionne de créer un protocole permettant de créer, d’émettre et d’échanger des titres de propriété sur une blockchain, autrement dit, de créer un marché d’action décentralisé. Pour reprendre les termes du CEO, Da Hongfei (达鸿飞), il ne s’agit rien de moins que “d’uberiser la bourse, de créer un Nasdaq P2P”. Après la mise en ligne du site officiel le mois dernier, et la publication d’un livre blanc, Antshares a lancé le 21 octobre sa première levée de fonds publics sur le site WeAngel.com, et cette opération de crowdfunding se fait exclusivement en bitcoins.

Mercredi dernier j’ai dû temporairement remisé robe, chapeau à plume et tresse pour participer à un de ces étranges rituels qui voient les adorateurs du Bitebi (比特币) se rassembler pour discuter de leurs nombreux projets. Les fidèles ont donc pu écouter quatre présentations avant de communier la tradition autour de quelques bières et pizzas, dans le respect de la tradition.

Je viens de terminer la lecture de ce récit de la naissance de la cryptographie “publique”, et je ne regrette absolument pas l’investissement. L’auteur est un journaliste bien plus qu’un chercheur (et je dis cela sans aucune intention péjorative), et est davantage connu pour son récit des débuts du hacking (Hackers:Heroes of the Computer Revolution, 1984). La langue est simple, claire, le récit entraînant en dépit d’un sujet plutôt difficile.

Les 15 et 16 octobre prochain se tiendra à Shanghai le premier sommet mondial consacré à la blockchain et à ses applications (l’article est résumé en anglais ici). Parmi les invités, on compte des représentants de différents instituts de recherche de la Banque populaire de Chine (央行金融研究所,征信中心), un autre du Lufax (陆金所), un site spécialisé dans la mise en relation directe de prêteurs et d’emprunteurs (P2P lending), mais aussi une assurance (众安保险), une entreprise de paiement en ligne (通联支付, aka Allinpay), des universitaires, un partner de Deloitte et des représentants de diverses banques chinoises. Des étrangers feront eux aussi le déplacement, dont Vitalik Buterin, pour des conférences mais aussi des rencontres à huis clos entre professionnels. La liste complète des[…]