Bitcoin est un environnement incroyablement hostile, en particulier pour ceux qui le découvrent et n’en maîtrisent ni la technologie, ni les aspects économiques, c’est-à-dire tous les humains sur cette planète à des degrés divers. Bitcoin est aussi un environnement anarchique et souverain, car il possède une règle et ne reconnaît aucune autorité supérieure à celle-ci. Cette règle est appliquée par chacun des pairs lorsqu’il choisit de faire tourner son propre nœud.

Tl ; dr : D’un point de vue factuel, Bitcoin est un logiciel, ou autrement dit de l’information, et rien d’autre (et surtout pas une monnaie). Bitcoin n’est pas une organisation humaine, et n’a par conséquent pas besoin de gouvernance. Il délimite son propre espace, certes virtuel, mais souverainement gouverné par ses propres règles. Les bitcoins sont des objets virtuels d’un type radicalement nouveau, des informations qui présentent deux caractéristiques propres au monde physique : la rareté et la rivalité. Bitcoin n’étant ni une organisation, ni un service, ni un produit, nous proposons de le considérer comme une forme de ressource.

tl;dr : si votre objectif n’est pas d’éliminer simultanément les risques de double-dépense et de contrepartie, vous n’avez pas besoin d’une blockchain. si il n’est pas difficile et coûteux d’écrire sur votre blockchain, et au contraire facile et peu coûteux de vérifier ce qui y a été enregistré, elle ne restera pas décentralisée. Enfin, si la vérification de votre blockchain n’est pas réellement décentralisée, elle sera tôt ou tard corrompue, soit par la réintroduction de risques de contrepartie (transactions bloquées et/ou annulées), soit de façon encore plus fondamentale par la corruption des règles qui en régissent le fonctionnement. Cet article est le premier d’une série que j’envisage depuis quelques temps, et qui vise très modestement à mettre au clair mes[…]

Le contrôle de l’internet par le gouvernement chinois est un fait bien connu du grand public, et ces derniers mois les articles fleurissent à ce sujet que ce soit dans des média s’intéressant particulièrement à la Chine ou même dans la presse généraliste. La Chine a toujours été l’un des pays qui exercent le contrôle le plus strict sur internet, mais même un bon connaisseur de la situation ne cesse d’être surpris de la vitesse à laquelle la situation se dégrade ces dernières années (depuis 2012, pour être précis).

nihil potestas super terram

Cet article était déjà écrit lorsque j’ai appris la nouvelle d’une inspection menée simultanément aujourd’hui (11/01/2017) dans les 3 exchanges qui avaient déjà été ciblés la semaine dernière. Ces événements ne remettent selon moi pas en cause un seul mot de cet article, et pour la suite on verra bien ce qu’il se passe.

Le texte ci-dessous est une traduction d’un article paru aujourd’hui sur le site 8btc.com. J’ai essayé d’être fidèle à l’original, mais j’ai pris certaines libertés quand je pensais que cela pouvait améliorer la compréhension par un lecteur francophone. Je profite aussi de cet avertissement pour remercier l’auteur, qui chose rare en particulier chez nous, est une bitcoineuse, Mengdada de son nom de plume. Le soir du 6 janvier, les 3 exchanges les plus importants de Chine (OKCoin, Huobi et BTCC) sont convoqués dans les locaux de la People Bank of China, la banque centrale chinoise. Ils y ont été fermement invités à “se contrôler eux-mêmes et à se corriger”(ndt : 自查整改, littéralement 自 soi-même 查 examiner, inspecter 整 mettre en[…]

Billet-500-détail

La guerre contre le cash se précise de plus en plus, et c’est en Inde que vient de s’en jouer le dernier acte : le 9 novembre dernier, le Premier Ministre Narendra Modi annonce à la télévision la démonétisation à effet immédiat des billets de 500 et 1000 roupies. L’argumentaire n’est pas sans rappeler celui que l’on entend régulièrement pour justifier la disparition du cash : lutte contre la criminalité, la corruption et le terrorisme, développement des moyens de paiement électroniques, lutte contre l’économie souterraine… Outre le chaos dans lequel s’enfonce l’économie indienne, cet épisode doit également nous rappeler quels sont les enjeux lorsque l’on parle de peut-être supprimer le cash demain sous nos latitudes.

Mercredi dernier j’ai dû temporairement remisé robe, chapeau à plume et tresse pour participer à un de ces étranges rituels qui voient les adorateurs du Bitebi (比特币) se rassembler pour discuter de leurs nombreux projets. Les fidèles ont donc pu écouter quatre présentations avant de communier la tradition autour de quelques bières et pizzas, dans le respect de la tradition.

这篇文章原载于法国博客La voie du Bitcoin(《比特币之道》),在此非常感谢作者Jacques Favier允许我翻译中文版。 最可笑的否认比特币潜力的论据应该是比特币背后没有主权国家作为依靠的问题,由于比特币有比较强的无政府主义倾向,因此就没办法可以发展。我之所以说很可笑,是因为在我生活的土地上,欧盟,已经很久就毫无真正的主权了,而且领导也已隐身了。 欧洲历史上的古典时期,雅典民主、古罗马法律和亚历山大所谓的神性都组成了奥古斯都的帝王角色。“元老院和罗马人民”的权力融合成罗马帝王本身。作为罗马第一帝王,奥古斯都造的金币正面有他自己的头像以示“祖国之父”,反面能看到狮身人面,古希腊神话中的著名怪兽,在忒拜门前坐着问行人它的谜语,准确的答案是“人”。