Vous n’en avez probablement pas entendu parler, mais le 7 juillet dernier s’est ouvert dans la municipalité de Dongyang, province du Zhejiang, le procès des dirigeants de GBL, plate-forme de trading de bitcoin qui fut pendant quelques mois en 2013 l’une des plus importantes de Chine. Elle y est aujourd’hui particulièrement célèbre en tant que premier cas d’arnaque massive impliquant bitcoin, et les amateurs de cryptomonnaies suivent désormais avec attention le déroulement d’un procès dont les implications promettent d’être massive et durable.

Cette semaine, je suis allé voir par hasard Amy, le documentaire sur Amy Winehouse, un film que je ne serais probablement jamais allé voir avec préméditation sachant que le sujet ne m’intéresse absolument pas. Mais il n’y avait plus de place pour Antman, et c’était ça ou attendre une demi-heure pour une autre bouse.

L’Empire du Falanxi, ou encore 法蘭西帝國 en langage autochtone, se trouve exactement à l’extrémité de cette excroissance du continent asiatique communément appelée Europe par les indigènes. L’auteur, pour y avoir vécu de longues années, et appris la langue et les us et coutumes de ces contrées, et occupe désormais une position respectable dans l’administration du Falanxi sous le nom autochtone de Sosthène. Il souhaite aujourd’hui faire profiter ses compatriotes de ses vues profondes, éprouvées par son expérience quotidienne de la réalité de ces contrées et par sa fréquentation des cercles du pouvoir, sur la société, l’histoire et la politique de cet intéressant pays barbare, qui en dépit de son éloignement de l’Empire Céleste et, il faut bien le dire, de[…]

季路問事鬼神。子曰:「未能事人,焉能事鬼?」敢問死。曰:「未知生,焉知死?」 Ji Lu demanda au maître comment servir l’esprit des morts. Le maître répondit ainsi : « tu ne peux même pas servir les hommes, comment pourrais-tu servir leurs mânes ? » Ji Lu reprit : « oserais-je interroger le maître sur la mort ? ». Ce à quoi Confucius répondit : « alors que tu ne sais rien de la vie, comment pourrais-tu connaître quelque chose de la mort ? » La troisième question de Ji Lu était la suivante : « et les taxis ? »

评曰:汉末,天下大乱,雄豪并起,而袁绍虎视四州,强盛莫敌。太祖运筹演谋,鞭挞宇内,揽申、商之法术,该韩、白之奇策,官方授材,各因其器,矫情任算,不念旧恶,终能总御皇机,克成洪业者,惟其明略最优也。抑可谓非常之人,超世之杰矣。 Jugement de l’historien : Les dernières années de la dynastie Han virent l’Empire sombrer dans le chaos, partout se levaient des héros en même temps que des hommes intrépides. Yuan Shao lorgnait l’Empire comme un tigre sa proie, sa puissance ne connaissait pas d’ennemis.

Il n’aura échappé à personne que l’activité de ce blog peine à décoller, à peine un petit articulet de rien du tout et une traduction, le tout en chinois, à se mettre sous la dent, c’est pas comme ça que je vais me payer mon opium. A ma décharge, je dois vous avouer que j’ai eu d’autres chats à fouetter ces derniers temps, et qu’ils sont plutôt coriaces les matous. Moi qui comptais me faire quelques semaines d’errance mystique dans la forêt de bambou pour me remettre de mes fatigues au service du Fils du Ciel, je sens que les collègues vont encore trouver le moyen de poser leur RTT tous en même temps et de me laisser de service[…]

虽然巴斯夏是法国著名经济学家,但是现在的法国人似乎已经忘记了他。反而他一直在美国、英国和别的国家很有名。八十年代的前美国总统里根和前英国首相撒切尔夫人都熟悉他的作品,以他的思想原理为经济政策的基础。 巴斯夏写的大部分是短篇文章,风格很朴素,因此他的有关经济学的论说变得非常流行,特别是“有看得见的,还有看不见的”(“Il y a ce que l’on voit, et ce que l’on ne voit pas”)这一说法,直到今天在关于经济学的论坛上还经常会被引用。这句话来自我今天给大家介绍和翻译的这篇文章,叫《碎窗》。

您是否曾亲历这样的情景,一个某某先生因他的捣蛋儿子终于打碎了一块玻璃而震怒 ? 如果你亲眼目睹了这样的好戏,一定会发现在场的所有人,哪怕有三十位,都像商量好了似的用统一的套话来安慰这位不走运的业主。 “祸兮福之所倚,这种事刺激生产。人人都得有个饭吃吧。如果我们从不打碎窗户的话,那么玻璃工人维着生计?” 这安慰话包括一个总体的经济学理论,看那么简单的案子就很容易地flagrante delicto(当场)抓住它,因为这个理论的确是误导了我国大部分的经济机构。